Une croissance prévue pour 2015

Une croissance prévue pour 2015

D’après Manuel Valls, 2015 est l’année où on peut espérer une croissance. Le gouvernement s’attend à une croissance de 1% ou même plus. Mais Michel Sapin, Ministre du Travail, affirme qu’au-delà de 1%, il sera nécessaire de recréer des emplois, or qu’il y a eu près de 68 000 suppressions de postes l’an dernier.

Relance de l’immobilier neuf

Le premier ministre a cité les critères qui favoriseraient la croissance : la baisse du prix du pétrole et les taux d’intérêt faibles avec l’assouplissement quantitatif de la Banque Centrale Européenne.

Outre cela, Manuel Valls table également sur la reprise des ventes d’habitations neuves depuis la fin d’année 2014. Ce secteur a connu une hausse de 14.6% en seulement 3 mois.

Selon l’Insee, les dépenses de chaque ménage sont aussi en hausse de 0.6% durant toute l’année 2014. Le premier ministre s’attend donc à ce que cette tendance se poursuive cette année.

Augmentation de 3% des investissements

D’après l’enquête de l’Insee, les sociétés françaises prévoient d’accroitre de 3% leurs investissements cette année. Michel Sapin a affirmé que la situation actuelle permettrait de relancer correctement l’activité.

Mais du côté des économistes, une inquiétude plane. Ils remarquent une demande moins importante et une surproduction dans les entreprises. Ils craignent également une éventuelle déflation. Selon l’économiste Mathieu Plane, lorsque les prix diminuent, les sociétés sont tentées d’ajourner les projets d’investissement.

Reprise ou une simple transition ?

Mathieu Plane explique que 2015 est complété à la fois d’éléments négatifs et positifs. Faisant référence à une année de transition, il ajoute que des investissements se feront cette année, mais il est peu probable qu’ils favorisent la croissance.

Mais selon le directeur des synthèses économiques du groupe Xerfi, Olivier Passet, les conditions sont à peu près réunies pour voir une reprise plutôt qu’une simple transition. Il prédit une accélération de la croissance d’ici peu.

Création d’emploi

En matière d’emploi, une croissance supérieure à 1% est nécessaire afin que l’effet devienne positif. Selon l’économiste Bruno Ducoudré, la création de postes est certes possible avec seulement 1%, toutefois d’autres facteurs doivent être considérés.

D’abord, la croissance ne doit pas influer immédiatement sur l’emploi. Ensuite, il faut une croissance surpassant 1% pour pouvoir recréer des postes, car cela est nécessaire pour résorber les sureffectifs causés par les 3 années de croissance faible.

Laisser un commentaire